DERNIERE JOURNEE DE CHAMPIONNAT POUR LES MINIMES OU QUAND LES MINIMES JOUENT A XVI …

Lors de cette journée de fin de championnat CIFR U15, 22 mars à domicile, nos minimes, bien qu’orphelins de leurs trois entraîneurs, mobilisés pour leur propre échéance, mais aussitôt adoptés par Philippe, ont brillamment conclu leur saison par deux victoires : contre le SCUF par 29 à 5 et contre RCMS77 (Melun/Savigny) par 34 à 0.

Mais je vous le dis en confidence, ce 22 mars, les minimes ont joué à XVI…

Pour ces rencontres à domicile, les parents, familles étendues, grand frère et petite sœur, s’alignaient derrière la lice : enthousiaste et chaleureux, le 16ème homme s’appelle évidemment Supporters.

Mais en première mi-temps contre le SCUF, dans les toutes premières minutes, quand Eliès porte le ballon jusque dans l’en-but, le 16ème homme s’appelle Rapidité.

A peine plus tard, quand Robin, mettant à l’honneur tous les joueurs de devant jouant souvent dans l’ombre, aplatit gentiment derrière la ligne, le 16ème homme s’appelle Volonté.

Peu après, quand Thomas sur son aile crochète, affronte, s’échappe et marque le troisième essai, le 16ème homme s’appelle Hardiesse.

Et quand Benji passe sa première transformation, le 16ème homme s’appelle Adresse.

En toute fin de mi-temps, quand la mêlée domine et que Valou nous apporte 5 points supplémentaires, le 16ème homme s’appelle Astuce.

A la pause, au moment de l’analyse de leur jeu, quand je demande à Florent ce qu’il pense de leur performance, il me confie que les Noirs du SCUF sont un peu en dessous de Sucy côté gabarit , mais que les Rouge et Bleu ont quelques problèmes de transmission dans les lignes arrières, le 16ème homme s’appelle Lucidité.

Lors du début de match contre RCMS77, quand Sucy tâte du pack Melunais, Sucy commet des fautes à répétition et râle devant l’arbitre, commet un en avant à quelques centimètres de l’en-but adverse, alors vite il faut se débarrasser du 16ème homme qui s’appelle ici Fébrilité.

Une fois Fébrilité bouté(e) hors du terrain, Sucy se remet en ordre de marche, le ballon circule bien et même si les percées sont stoppées par le pack du 77, le ballon arrive jusqu’à notre arrière du jour, Valou, qui ouvre le score à 5 points, le 16ème homme s’appelle Envie.

Toujours sur l’aile droite, après quelques regroupements gagnants grâce à des avants survoltés et des transmissions rapides, quand Robin franchit à nouveau la ligne en laissant deux adversaires étendus dans l’en-but, le 16ème homme s’appelle Puissance.

Encore quelques minutes avant la pause, Sucy protège bien sa moitié de terrain, nos minimes sont fluides et Hugo ou Benji ont des jambes de feu, alors quand Benji porte le troisième ballon d’essai, le 16ème homme s’appelle Solidarité.

Quant aux trois transformations, pour l’instant, Précision est resté sur la touche : ainsi le score affiche 15 à 0 à la mi-temps.

Nos Minimes reviennent devant le SCUF qui se réveille un peu depuis son affrontement avec Melun, dans lequel il a été gentiment secoué.

Les petits Bleus se serrent les coudes et le jeu est très collectif, la mêlée est solide et gagne par deux fois la balle, mais les Parisiens sont bien dans le match et ferment leur ligne même si Sucy domine globalement dans toutes les phases du jeu et neutralise des pénalités jouées en touche par le SCUF, pénalités sauvées par Thomas ou Léopold quand le 16ème homme s’appelle Bravoure.

Florent nous a montré quelques belles courses déjà, en voilà une qui aboutit au-delà de la ligne parisienne quand le 16ème homme s’appelle Persévérance.

L’idéal serait de ne prendre aucun essai, avec la belle défense que nous avons, mais malgré toutes les fautes qu’il commet, juste le temps d’un éclair et le SCUF aplatit chez nous, quand le 16ème homme s’appelle Distraction.

On en restera là, le score final est donc de 29 à 5 pour Sucy, avec bonus offensif, s’il vous plaît !

Dans le match SCUF – RCMS77, le SCUF montre sa belle détermination et remonte le score pour finir devant les Melunais 31 à 21 malgré leur arme fatale, le numéro 8 beau bébé qui commence à griller ses dernières cartouches.

Grand bien nous en fasse ! Le RC Sucy revient sur la belle pelouse du R1 face aux Noirs du 77, gonflé à bloc par le discours de Philippe, coach du jour et par la belle cohésion qui soude tous les joueurs du groupe.

La tactique du jour est simple selon Xavier, un essai dans les trois premières minutes et on tue le match… (ah ! ah ! ça vous dit quelque chose à vous aussi, fidèles amis lecteurs ?)

Idée géniale s’il en est : à la suite d’une pénalité bien placée et jouée rapidement par Benji, voilà l’essai espéré, essai hold-up tout en filouterie et en finesse ! Ah, quand le 16ème homme s’appelle Stratégie….

Et maintenant, plus question de laisser les points des transformations, bien sûr c’est plus facile quand on marque entre les poteaux !  Benji encore transformera pour arrondir le score sucyssien : le 16ème homme est entré sur le terrain et s’appelle Précision.

Le choix tactique de nos Minimes sera de camper chez les Melunais, car si leur 8 est difficile à arrêter quand il est tout proche de l’en-but, il suffit de le maintenir hors d’atteinte et le tour est joué : c’est bien ce qu’a compris Lucas lorsqu’il se lance sur lui pour un plaquage à haut-risque, mais voilà le colosse stoppé chez lui : le 16ème homme s’appelle Abnégation.

Les sucyssiens ont encore de l’énergie, Mathias avance sans crainte malgré le turban qui cache son arcade ouverte, et sur une remontée de terrain collective, dernière passe de Valou à Eliès qui aplatit, le 16ème homme s’appelle Allégresse.

Pour conclure la journée, Erwann poussé par le 16ème homme Ténacité, après percée et slalom dans la défense des Noirs amène le score final à 34 – 0 pour nos minimes.

Dans la haie d’honneur qui encadre les vaincus, les mines sont joyeuses et les minimes montrent leur 16ème homme qui s’appelle Fierté.

Belle conclusion que ces deux victoires brillamment obtenues, en cadeau pour l’entraîneur du jour, bien satisfait des joueurs, et pour les entraîneurs « légitimes» en leur exil,  cadeau pour tout le travail accompli à chaque entraînement et au cours de la saison tout entière.

Si j’ai bien compté, il y avait  bien plus de 23 joueurs dans notre équipe ce jour-là, mais l’arbitre n’a rien signalé…

Pour en finir, une chose, que je laisse à votre méditation, me laisse songeuse : force est de constater que le 16ème « homme » se décline tout au long de ces deux rencontres… au Féminin ! ! !